@ Ma smala et moi: juin 2013

27 juin 2013

"Dors, dors, dors! ..., pourquoi tu dors pas?" *


22h30. Victoire !!! Mini "petit plat" - 9 mois au compteur - est (enfin) endormie. La lutte a duré 3 heures, mais tu as fini par vaincre.

Une dizaine de tentatives pour la poser à l’horizontale. Plusieurs minutes de cris de la mort-qui-tue que tu as l’impression de l’avoir torturée et d’être la pire des mamans.

Comme par magie, dès qu’elle retrouve la position verticale (dans tes bras, de préférence), tout va subitement beaucoup mieux.

Et si, parce que tu en as marre de faire 50 fois les escaliers dans la soirée (c'est bon pour les cuisses, M'dame),  elle fait un tour avec toi par la case canapé sans passer par la case prison, c’est gazouillis assurés et séance de gymnastique improvisée.

C’est qu’on a du tonus à cet âge-là. Contrairement à toi qui t’écroule de fatigue sur le même canapé.

Parce que parent naïf mais pourtant multipare, tu pensais bêtement qu’après une (seule, minuscule, quasiment passée inaperçue) sieste d’une demi-heure cet après-midi, tu allais pouvoir la coucher facilement le soir. Les doigts dans le nez que tu pensais, elle est fatiguée...

Que nenni, la bestiole a des ressources et surtout un sacré caractère : elle sait très bien ce qu’elle veut et surtout ce qu’elle ne veut pas. Dormir, mais quelle perte de temps!

Et ce qui a fonctionné un jour pour l'endormir, ne fonctionnera pas forcément le lendemain. Tu penses avoir quasiment tout essayé pour retrouver des soirées un peu tranquilles. La course à pied dans la chambre, la marche chaloupée, les berceuses en tous genres, etc.

Les journées sont aussi jalonnées de moment de guerre psychologique entre toi – la trentaine presque toutes tes dents – et mini "petit plat" - 9 mois et seulement 2 dents.

Pourtant, grâce (ou à cause) des trois spécimens précédents, tu devrais avoir de l'expérience. Tu as eu le temps et l’occasion de te faire la main. Mais soit ta mémoire ressemble à une passoire (grossesse, perte de neurones, toussa), soit ils ne t’ont jamais fait vivre des moments comme ceux-ci.

Et quand, rarement, tu oses de plaindre, un tout petit peu, la réponse classique que tu entends te plombe encore plus le moral : « C’est normal, c’est une fille ». Sexisme, quand tu nous tiens...

* La Berceuse, Bénabar.

24 juin 2013

Fashion victim


Bon soyons tout de suite claire, ce billet ne me concerne pas. Bien qu’un petit peu de shopping ne serait pas un luxe (papa "petit plat" me chuchote à l'oreille que je me lamente quotidiennement devant mon dressing), encore faut-il trouver du temps, de préférence sans les "petits plats" dans les jambes pour faire des essayages en toute quiétude.

Non, la fashion victim de la famille, c’est A., 5 ans, number 2 de la fratrie. Celui qui se change 5 fois par jour, qui court vers son armoire dès qu’il a fait tomber une goutte d’eau sur son pull, qui scrute comment sont habillés les membres de la famille, les voisins, les amis, qui porte presque chaque un couvre-chef différent.

Toujours lui qui passe de longues minutes à choisir sa tenue du moment du jour, qui trouve plein de choses "trop belles", qui aide papa "petit plat" à plier les vêtements et le fait avec soin et application.

C’est encore lui qui me demandait, hier, pourquoi une telle portait des pantalons extra-larges alors qu’il faisait grand beau : dans son esprit, beau temps = court en haut et en bas. Je n’avais même pas fait attention à ce détail vestimentaire, mais lui l’a noté.

C’est mon "Monsieur haute couture" avec des goûts et des avis très tranchés, qui remarque toujours quand j’ai changé quelques choses dans mon apparence et qui est le premier à me dire : "Tu es jolie maman". J’en profite, car il paraît que ça ne dure pas éternellement.

Effet secondaire désastreux de ce comportement, c'est ce qui m'attend, là, tout de suite : une pile de linge à laver (je ne repasse pas et je l'assume ...). C'est qu'il faut que tout soit propre en ordre, sinon la fashion victim ne met plus ses habits !

22 juin 2013

Franchir le pas ...


Alors qu’il y a déjà tant de blogs qui n'intéressent personne.
Alors que, d’ordinaire, je suis toujours celle qui reste en retrait.
Alors que mon quotidien est, somme toute, très banal.
Alors que j’ai déjà tant à faire et que les journées n’ont que 24 heures (et qu’il faut dormir un peu).

Parce que j’ai besoin de sortir de mon train-train quotidien.
Parce que j’ai besoin d’une fenêtre sur l’extérieur.
Parce que je suis à un moment de ma vie où j’ai besoin de me lancer dans quelque chose de nouveau.
Parce j'aime écrire.
Parce que, tout au fond de moi, j’ai l’impression que j’ai des choses à (vous) raconter.

Maman et les "petits plats", c’est moi, ma tribu (ah, non, désolée, vous n’êtes pas sur un blog culinaire) et mon "reste" d’activité professionnelle (que quelques miettes).

4 "petits plats" qui sont mon quotidien, qui me pompent mon énergie (et aussi mon moral parfois), mais sans qui ma vie n’aurait pas la même saveur. M., 7ans. A., 5 ans. N., 3 ans. Et L., la petite dernière, 9 mois.

Les "petits plats", un surnom tiré de notre nom de famille (je n’en dirai pas plus ^-^). Une grande famille. 3 petits gars et une nana. Et toutes les réflexions qui vont avec.

Le côté working-mum, tout rikiki, pour ne pas virer folle-dingue et avoir des conversations avec des adultes. Les horaires irréguliers de papa "petit plat" ne me permettent pas de faire plus – essentiellement pour des questions d’organisation - même si parfois (souvent) l’envie ne manque pas.

Je ne prends pas de résolutions pour ce blog – je ne les tiens jamais - , si ce n’est de vous parler de ma vie de maman de famille dite nombreuse, de mes anecdotes, de mes bons plans, de mes coups de gueule aussi.

Allez, courage (mode auto-conviction ON …), c’est parti. GO !!!!
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...