@ Ma smala et moi: Histoire de poils

12 sept. 2013

Histoire de poils

Quand, jeune et belle, tu te mets en ménage avec ton amoureux, tu prends des décisions dont tu n'imagines même pas les répercussions.

Lorsque j'ai suivi celui qui allait devenir papa "petit plat"dans sa région natale, pour m'aider à franchir le cap, je lui ai fait promettre d'adopter un chaton.

Une boule de poil a donc franchi le seuil de notre appartement de l'époque deux jours après notre déménagement (papa "petit plat" est un homme de parole et moi je sais ce que je veux ^__^).


Il nous a suivi dans nos pérégrinations à travers le pays, supportant sans trop broncher nos multiples déménagements au gré de nos activités professionnelles.

Il a aussi tenu bon à l'arrivé massive des "petits plats", sans pour autant devenir un accro à leurs caresses quelques peu appuyées. Il a toujours maintenu une respectable distance de sécurité.

Notre dernier déménagement nous ayant mené à la campagne, il s'est mué en chat d'extérieur sans pour autant devenir téméraire, bien au contraire. Le canapé était toujours bien plus confortable que tout ce que le jardin pouvait lui offrir.

C'était le pépère de la famille, il faisait partie des "meubles", même si les "petits plats" n'y étaient pas très attachés. C'était le chat de notre couple à papa "petit plat" et moi. D'ailleurs il n'aimait rien tant que de venir se mettre en boule sur nos genoux, le soir venu, quand les "petits plats" étaient tous au lit.

Et pourtant, un beau jour, il a fallu lui trouver une nouvelle famille ...

La faute a une allergie soudaine de M. Après une cohabitation pourtant quasi journalière pendant 7 ans, il a développé une conjonctivite allergique qui nous a alerté. Impossible pour lui de lire, de regarder la télévision ou simplement de jouer sans plisser les yeux.

La consultation d'un ophtalmologue nous a confirmé que M. voyait très bien. Les tests chez le pédiatre, par contre, nous ont révélé ce que l'on craignait. Une allergie de degré 5 (le plus haut) au chat et de degré 4 au chien.

Le ciel nous est un peu tombé sur la tête.

La consultation d'un allergologue ne nous a rien appris que nous ne savions déjà. La désensibilisation possible, mais longue et sans garantie de réussite. Une seule option pour le médecin : l'éloignement de notre matou et un nettoyage à fond de notre logement, tout en sachant que les particules allergisantes demeuraient encore 2 ans après le départ du chat.

Je me suis intéressée aux médecines parallèles, mais là encore, pas de certitude que cela fonctionne.

Et il en allait de la santé de M., qui risquait de s'aggraver en crises d'asthme et tutti quanti. Et je ne me voyais pas prendre de risques inconsidérés par amour pour une boule de poils.

Après quelques semaines de réflexion, ma décision a été prise. Je devais trouver un nouveau foyer, le meilleur de préférence, pour M. Chat. Par contre, son âge un peu avancé, me faisait un peu souci ... Mazette, c'est que 13 ans, pour un chat, ce n'est plus tout jeune, même s'il a encore de longues années devant lui.

Quand j'ai commencé à en parler autour de moi, j'ai été assez surprise. Entre ceux qui me conseillaient de le faire piquer (non mais ça va la tête ???), ceux qui me parlait de la SPA (pour le faire mourir de peur et d'ennui), il y fallu m'accrocher et être sûre de mes convictions.

Et, quasiment miraculeusement, la solution m'est arrivée par FB. Alors que je ne suis pas (encore ?) sur ce réseau social, une amie m'a demandé la permission de relayer mon appel sur plusieurs groupes. D'abord sceptique, j'ai pensé que je ne perdais rien à essayer.

Aussi incroyable que cela puisse paraître (ou pas finalement), dans l'heure qui a suivi la mise en ligne, j'avais déjà quatre personnes qui prenaient contact avec moi.

La première qui s'est manifestée a retenu mon attention, car elle habitait à une vingtaine de minutes de chez moi ce qui me laissait éventuellement la possibilité de passer faire, de temps en temps, une caresse à mon minou.

Comme le courant est bien passé entre nous lors de nos quelques rencontres et téléphones (je voulais bien m'assurer que c'était le bon choix), nous avons organisé le déménagement de M. Chat pour la mi-juin.

On s'était donné 3 semaines. Au-delà ce délai, ou si les choses se déroulaient vraiment trop mal, j'avais convenu de reprendre M. Chat car je ne voulais pas qu'il souffre en vain.

Je ne vous cache pas qu'il a été très déstabilisé au début, mais il a tout de suite retrouvé sa gamelle et son pipi-room, ce qui, pour moi était plutôt bon signe. Puis, assez rapidement, il s'est laissé approcher par sa nouvelle maîtresse, la gratifiant de câlins, de ronronnements et reproduisant les mêmes schémas que chez nous. Il lui a fallu plus de temps pour se laisser apprivoiser par ses enfants, mais cela était dans l'ordre des choses. Maintenant il dort même dans leurs lits, chose qu'il n'avait jamais fait chez nous ...

J'ai donc régulièrement de ses nouvelles. Des photos aussi. Je vous avoue que j'ai un pincement au coeur à chaque fois. Il m'est aussi arrivé plusieurs fois, surtout au début, d'avoir l'impression de leur voir dans notre maison. Je rêve aussi régulièrement à lui.

Par contre, je n'ai pas encore fait la démarche d'aller le voir. Un peu peur de lui refaire perdre ses marques alors que tout se passe bien dans sa nouvelle famille. Peur de sa réaction. Peur qu'il réagissent mal quand j'arrive/je repars. Pour l'instant je le laisse donc tranquille.

Entre-temps, je me suis lancée dans le nettoyage à fond (vous pensiez bien que je n'avais que cela à faire...). Tout à été aspiré, dépoussiéré, lessivé. Après le deuxième rendez-vous avec l'allergologue pour contrôler l'évolution, il en est ressorti que je n'avais oublié qu'une seule chose : les rideaux !

Et sinon, très rapidement, l'état de santé de M. s'est améliorée. Nous devons juste faire très attention quand nous rendons visite à des propriétaires de chats ou de chiens, car il faut anticiper ses réactions en lui donnant un antihistaminique. Rien de très insurmontable finalement.

3 commentaires:

  1. Je comprends votre déchirement car j'ai moi-même dû me séparer de mes chattes pour les mêmes raisons: allergie soudaine au bout de 2 ans et demi de vie commune! Pour ma part, il s'agissait de crises d'asthme assez fortes qui me réveillaient toutes les nuits, je me suis même retrouvée à faire une promenade à 3h du matin pour respirer un peu d'air frais. Par contre, nous n'avons pas eu d'autre choix que la SPA et je pense à elles régulièrement, j'espère qu'elles ont trouvé un nouveau foyer agréable.

    RépondreSupprimer
  2. Olala, ton billet est tellement bouleversant. Je t'avouerais qu'avec une Chat Chanel à la maison, il me fait un peu flipper, je n'imagine même pas si ça arrivait à Clémentine. En tout cas vous avez pris la bonne décision (le faire piquer non mais ça va pas la tête ?) et c'est super qu'il ait trouvé un nouveau foyer chaleureux. Conte que M. aille mieux aussi bien sûr.

    RépondreSupprimer
  3. Après avoir eu peur des chiens, chats etc...pendant des années, je n'ai, un jour, plus eu peur. Du coup, je suis devenue allergique. Depuis, je suis un vrai détécteur à animaux de compagnie. On me place au milieu de la maison et on attend. Le verdict tombe rapidement. Avec deux /trois médocs sous le coude, ça ne se gère pas si mal. Il faut surtout penser à demander AVANT si il y a eu un animal à poil pour pouvoir faire ce qu'il faut.

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...