@ Ma smala et moi: Dualité de mère

3 oct. 2013

Dualité de mère

Dans le genre la fille qui ne sait pas ce qu'elle veut ...

Quand je travaillais à temps presque complet, je rêvais de passer plus de temps avec mes enfants. D'arrêter de vivre en regardant sans cesse ma montre et de courir, tout en étant toujours en retard partout. De ne pas louper les premières fois. J'avais l'impression de passer à côté de moments importants et que j'allais le regretter. Et puis, c'était viscéral, les "petits plats" me manquaient et je pensais sans arrêt à eux.

Maintenant que je ne travaille presque plus, je tourne en rond à la maison et j'ai l'impression de vivre dans un train-train des plus déprimant. Repas, ménage, lessive, rangement. Repas, ménage, lessive, rangement. Utilisation de mes neurones proches de zéro.

Bon, je schématise tout de même un poil, car le temps que je passe avec les "petits plats" n'a pas de prix, je suis souvent submergée par l'émotion en les regardant, je leur créer pleins de souvenirs, je suis disponible (presque) en tout temps.

N'empêche, j'ai parfois le sentiment d'assister à ma vie et non de la vivre et de ne pas apprécier les moments que je vis à leur juste valeur et, de ce fait, de passer à côté de pleins de choses. Je regarde toujours ma montre, je cours toujours autant même si ce n'est pas pour les mêmes raisons. Et, surtout, ces derniers temps, je n'ai pas la patience que j'aimerais avoir. Je me surprends à calculer le nombre d'heures qui restent avant que tout le monde soit au lit. Et ça, je n'en suis pas fière ...

Alors je cogite.

Me remettre à la recherche d'un nouveau travail ? Les problèmes de garde (pas de famille sur place à qui confier cette tâche), les horaires irréguliers de papa "petit plat" qui change TOUS les jours (il travaille parfois le matin, parfois tard le soir, le week-end) et qui sont souvent à rallonge (8h00-20h00), les activités extra-scolaire des "petits plats, tous ces éléments font que je ne peux compter que sur moi pour toute la logistique familiale. J'ai l'impression de partir battue d'avance et que c'est peine perdue de chercher quelque chose. Vous me voyez arriver chez un recruteur et dire : "Je veux des horaires comme-ci, flexibles, pas d'imprévu, des congés pour enfants malades, pouvoir partir plus tôt pour le foot, etc" ? Je crois que ça ne se fait pas ...

Plus grave encore à mon sens (car ce que je cite plus haut me paraissent souvent comme des excuses bidon pour ne rien entreprendre ...), je ne sais pas ce que j'aurais envie de faire. Je suis arrivée dans mon domaine complètement par hasard après des études un peu orientées par papa-maman. J'envie tellement celles et ceux qui savent ce qu'ils veulent faire avec conviction à 15-20-30 ans. Non mais, c'est grave d'être aussi paumée à l'approche de la quarantaine (ah, tiens, peut-être une petite crise de la quarantaine avec un peu d'avance, justement ?).

Continuer ma petite vie tranquille ? Je vais virer folle dingue en peu de temps si je ne change rien. Je tourne en rond. Je regarde les heures passer (d'où le fait que je regarde ma montre - je ne suis pas Suisse pour rien ^__^). Je trouve ma vie d'une banalité affligeante alors que je sais pertinemment qu'il n'en n'est rien. Je me sens vidée, sans but, sans objectif et surtout sans rêve. Un billet d'une autre blogueuse (elle se reconnaîtra ^__^) sur le top 5 des choses que l'on rêve de faire m'a fait comme un déclic : je ne trouvais pas cinq éléments, même difficilement un ...

A croire que je fais ma crise d'ado avec une bonne quinzaine d'année de retard !

C'est grave docteur ?

8 commentaires:

  1. Oui oui, je me reconnais. ^__^ Je suis désolée d'apprendre que tu te sens inutile, surtout qu'en tant que mère de 4 petits plats je suis bien certaine que c'est infondé. Ceci dit, je vois ce que tu veux dire. En attendant d'être plus fixée, as-tu songer à faire une activité sportive, musicale ou culturelle ? Ca te permettrait de voir du monde et de sortir. Y'a le bénévolat dans une association qui peut être pas mal aussi, comme ça on se sent utile et souvent ça permet de relativiser. Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne te sens surtout pas coupable, hein ;-) C'est aussi des réflexions de ce genre qui font avancer.
      Difficile dans ma situation de me lancer dans quoique ce soit de régulier, car les horaires de papa "petit plat" empêche justement toute régularité.

      Supprimer
  2. J'ai -un peu- réglé le problème en me disant que je faisais, momentanément, le boulot d'une assistante maternelle. En voyant ça comme un boulot (même si je n'ai pas de reconnaissance financière :-() , ça me permet de voir les choses autrement. Quand c'est une assistante maternelle qui le fait, on est admiratif de son travail, non ?
    Mon autre bouée de secours, c'est que j'ai pensé ce temps-là comme une opportunité pour faire autre chose. Je me forme sur des tas de sujets. Je m'occupe d'un site internet pour une association et j'y ai développé un certain nombre de services. De quoi penser à autre chose que mes enfants et continuer à faire marcher mes neurones en attendant la reprise du boulot ( en prime, cela me permet de développer des compétences insoupçonnées dont je pourrai me reservir professionnellement) .Je crois que sans cela je dépérirait !
    Changer de point de vue me permet de lever la tête du guidon et voir mon quotidien autrement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'y ai aussi pensé. Récemment, on m'a contacté pour intégrer l'équipe de l'association des parents d'élève. Ca m'a titillé, mais je ne pouvais de nouveau pas garantir une présence et une implication régulière. Mais j'y pense souvent et me disant que je pourrais accepter et trouver des solutions de garde pour les "petits plats" au cas par cas.

      Supprimer
  3. Oh je me retrouve dans beaucoup de points de ton billet, tout en sachant qu'etre salariée à nouveau serait presque impossible tant que les Doudoux ne sont pas tous ados (soit encore 10 ans pour Chichi ... gros lol). Je suis à la maison, je gagne un peu d'argent en bossant à la maison mais l'avenir me semble incertain. Je continue de courir, d'' être en retard et passer tant de temps avec les enfants,parfois je sature ...

    RépondreSupprimer
  4. Soulagée de lire que je ne suis pas la seule à trainer mon spleen certains jours ;-). Et de voir que je ne suis pas la seule à courir malgré le fait que je n'ai (presque) pas d'horaire à respecter à titre personnel ...

    RépondreSupprimer
  5. Je crois que ton spleen vient de ce que tu ne t'occupes pas assez. Je veux dire par là qu'il faut que tu t'organises d'autres choses en plus de "l'alimentaire" (= courses, ménage, trajets, cuisine). J'ai 6 enfants, et j'ai toujours place l'alimentaire le matin pour avoir des après-midi de libre. Pendant la sieste des enfants, c'était mon temps à moi. Deux heures où je pouvais vaquer comme je voulais.

    j'ai fait beaucoup de couture, j'ai lu, j'ai pris des cours par correspondance pour faire travailler la partie au dessus des yeux (allemand, philo, italien... la liste est longue des possibilités, à toi de voir en fonction de tes désirs). Il y a quantités de cours par correspondances.

    Pour le sport et la musique, j'ai dû attendre que les enfants sachent se garder seuls les soirs où mon mari était absent, parce que lui aussi avait des horaires trop variables pour que je puisse prendre des engagements.

    Et pour en revenir au début, plus tu feras de choses, plus tu auras du temps pour le faire.

    Actuellement, deux enfants ont déjà quitté le nid, et tous sont scolarisés. Je sors de 6 années à faire l'école à la maison entre 6 et un enfant. Tuant. Je récupère doucement de ces années de stress, et ce n'est que doucement que j'essaye de remettre les conseils que je te donne en pratique ! Parce que je tourne parfois en rond et ça m'énerve !

    RépondreSupprimer
  6. Je tombe sur ce post et comme je m'y reconnais...
    Comme vous, je n'ai aucune "ambition" professionnelle et j'envie celles et ceux qui ont toujours su ce qu'ils voulaient faire de leur vie.
    Je suis à la maison, ma fille de 3 ans vient d'entrer à l'école et ... les heures sont longues !!!
    Perso, j'ai 35 ans et je cherche encore et encore...
    Ca me ronge de l'intérieur et impossible d'en parler avec qui que ce soit car ceux qui m'entoure ne le comprendrait pas (c'est pas normal de ne pas savoir... suis une alien sûrement).
    Donc courage et j'espère que cette situation s'améliorera très vite !

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...