@ Ma smala et moi: octobre 2014

31 oct. 2014

Sauter une classe : petit bilan personnel ?


Il y a 8 mois, M., alors âgé de 7 ans et demi, sautait très tardivement une classe.

Alors que ses maîtresses avaient relevé de très grandes facilité dès sa rentrée scolaire en 3ème Harmos (le CP en France) - et nous en avait d'ailleurs parlé lors de la rencontre avec les parents après 3 semaines - elles n'avaient pas jugé bon de trouver des solutions pour le stimuler, le nourrir, pour l'intéresser, tout simplement.

De notre côté, même si nous côtoyons ce petit bout d'homme depuis plusieurs années, nous avions de la peine à lui faire partager son ressenti par rapport à ce qu'il vivait à l'école.

Il était déçu, sans doute, parce qu'il croyait qu'il allait apprendre plein de choses passionnantes (c'est un peu notre faute, c'est en lui répétant cela que nous lui avons fait "tenir" les derniers mois dans sa classe enfantine), mais il ne rechignait pas à se lever le matin, ni à prendre le chemin de l'école.

C'est un petit garçon à fleur de peau, qui à vite tendance à se renfermer et à s'isoler quand les choses ne vont pas comme il veut, mais qui s'intègre assez facilement partout (sans avoir des copains attitrés). Mais c'est surtout un petit garçon qui aime et à besoin de jouer et le fait de pouvoir faire ses devoirs en 5 minutes montre en main lui convenait parfaitement parce que cela lui laissait justement le temps de faire des choses qui lui plaisaient.

Alors, en février, quand les maîtresses nous ont convoqué en catastrophe, le ciel nous est un peu tombé sur la tête.

M. ne souriait plus, ne riait plus en classe. Il ne participait plus non plus, préférant se réfugier dans ses pensées ou dans les livres.

Passé le moment où j'aurais eu envie de dire mes 4 vérités aux enseignantes (non mais, le cercle vicieux : si tout ce qui est mis en place pour occuper un enfant qui a des facilités et qui lit couramment, c'est de lui donner des bandes-dessinées à lire, comment voulez-vous qu'il arrive à rester connecter à un contenu qui n'est pas stimulant pour lui ?), nous avons décidé que c'était le moment de lui ouvrir de nouveaux horizons.

Nous en avons longuement discuté avec lui, en lui présentant précisément ce qui l'attendait, ce qu'on attendrait de lui (je parle de nous, mais aussi de son futur enseignant), le temps qui nous était donné pour atteindre certains objectifs.

Nous lui avons aussi expliqué qu'il y aurait des sacrifices, surtout en ce qui concernait le temps passé à jouer, le travail pendant les vacances et le week-end pour rattraper une partie de la matière et se mettre à niveau pour passer dans la classe supérieure à la fin du mois de juin.

Il était partant. Un peu fier aussi de l'attention qu'on lui accordait enfin. Et, surtout, je crois, il a vu ce saut comme une chance d'échapper à deux maîtresses qui ne lui convenait pas (tellement qu'on a bien dû lui expliquer qu'il ne pourrait pas sauter une classe chaque fois qu'un enseignant ne lui conviendrait pas ^^)

A la fin février, après les vacances de carnaval, il a donc intégré une nouvelle classe pour un stage de 2 semaines. Le temps pour sa nouvelle maîtresse d'évaluer ses connaissances, mais aussi sa motivation et son comportement.

Nous avons eu la chance de tomber cette fois sur une perle. Fine psychologue, attentive, qui connaissait bien le monde des enfants "précoce" (je n'aime pas spécialement ce terme, ni même le fait de catégoriser les enfants). Elle nous a accompagné avec patience, pertinence, toujours à nos côtés dans les moments de doute et de découragement (et je ne vous cache pas qu'il y en a eu).

Après ces deux semaines et un entretien avec moi, en présence de M., elle a donné son feu vert. Il a donc quitté ses anciens camarades pour se faire sa place dans sa nouvelle classe, début mars.

Pendant 4 mois, on a bossé dur lui et moi (oui, moi aussi parce qu'un saut de classe si tardif dans l'année scolaire, ça nécessite un investissement conséquent de la part des parents, moi en l'occurrence).

On a multiplié le temps des devoirs par 10 ... On s'est pris la tête parfois. On s'est fait la tête aussi. J'ai eu le mauvais rôle quand je devais lui rappeler qu'il fallait bosser. Il a été exemplaire, volontaire, ne refusant jamais de se mettre au travail même s'il n'était pas motivé. Rattraper une année de graphie, de dextérité, de règles grammaticales (même si elles paraissent simples et basiques), de conjugaison, de logique mathématique, de procédure scolaires, ça demande du temps, de l'énergie et de la patience (ce qui n'est de loin pas mon fort ... sinon j'aurais été prof ^^).

Mine de rien, je me suis rendue compte, après coup, que je lui ai mis une certaine pression. Peur de l'échec, peur qu'il soit déçu (ou peut-être que je le sois moi-même ...), peur des remarques des autres.

J'ai failli faire une crise cardiaque lors de la première évaluation après 3 semaines ... Passer de la note maximale à un résultat hors barème, ça fait peur et fait douter de la décision de sauter une classe. Mais la maîtresse a été rassurante, nous expliquant que c'était normal, que M. n'avait pas vu le programme qui était évalué, qu'il avait essayé, présenté même des résultats (dont certains corrects !) et qu'il ne fallait pas se préoccuper pour lui.

J'ai essayé de lâcher prise pour les suivantes, mais on ne se refait pas. J'espère en tout cas qu'il ne l'a pas trop mal vécu.

Alors naturellement, il reste le petit garçon rêveur qui fait battre fort mon coeur. La concentration n'est pas sa qualité première. Cela lui joue des tours, mais je ne pense pas que je peux avoir une quelconque influence sur ce trait de son caractère (je le lui envie d'ailleurs souvent ...).

Mais après 4 mois, avec quelle fierté il nous a annoncé qu'il passait dans le niveau supérieur comme tous ses camarades et il a ramené son carnet de notes, avec des résultats sensationnels quand on sait le peu de temps qu'il a eu à disposition pour se mettre à niveau.

En résumé, ce saut de classe fut intense, éprouvant (psychologiquement parlant), mais aussi valorisant et positif.

Maintenant, depuis la dernière rentrée scolaire, j'ai fait retomber la pression. Toute la classe a recommencé un nouveau cycle, M. repart de 0, comme ses camarades et j'essaye, autant que faire ce peut, de le laisser évoluer à son rythme, en le recadrant uniquement quand c'est vraiment nécessaire (genre faire 10 fautes en recopiant parce qu'on n'était pas concentré - non mais oh ^^…).

Il me paraît bien mieux dans ses baskets qu'il y a 8 mois, revient de l'école en nous parlant (enfin) des choses nouvelles qu'il a apprises, a commencé la géo, les sciences et l'histoire (qu'il adore … la pomme ne tombe jamais loin de l'arbre ^^).

Je regrette parfois de ne pas avoir pris la décision du saut de classe plus tôt, de l'avoir laisser "végéter" intellectuellement parlant pendant une année, de ne pas avoir eu confiance en sa capacité d'adaptation. J'avais peur, une peur primaire qui prend aux tripes qu'il se sente encore plus seul dans un nouveau cadre, qu'il ne s'intègre pas, qu'il soit triste.

En fait, ce sont mes propres peurs, mon propre vécu, mon ressenti enfant que j'ai reporté sur lui alors qu'il suffisait "seulement" de lui laisser faire ses expériences, lui lâcher la main, lui faire confiance.

On grandit avec ses enfants, dit-on. J'en ai fait la belle expérience, même si je trouve qu'ils grandissent un peu vite ces derniers temps et si le temps voulait bien s'arrêter un peu, je n'aurais rien contre ^^

Sélection du 31 octobre 2014

29 oct. 2014

La smala découvre la Provence #1 : le village des bories

Nos dernières vacances nous ont emmené à la (re)découverte de la Provence.

Nous connaissions déjà la région avec Monsieur "petit plat" pour y avoir passé nos premières vacances en amoureux, sous tente. Un voyage épique, en train, suivi d'une location de voiture qui nous avait laissé des souvenirs fabuleux.

Nous avions très envie de faire découvrir cette région à nos enfants et l'occasion s'est présentée pendant la troisième semaine d'octobre.

Nous ne savions pas trop à quoi nous attendre niveau temps et le moins qu'on puisse dire c'est qu'on a été gâtés. Un arrière-goût d'été qui se prolonge qui nous a même permis de profiter de la mer un 21 octobre !

Une semaine de visites, d'émerveillement. Une semaine où on n'a pas mal crapahuté, partant en milieu de matinée et revenant en fin de journée. Une semaine qui a passé beaucoup trop vite.

Les enfants étaient enthousiastes et ont apprécié, je crois ^^

Alors suivons-les à la découverte des certains lieux incontournables de la région.

A commencer, pour ce premier épisode, par le village des bories, à quelques kilomètres de Gordes, dans le Lubéron.


Un hameau d'une trentaine d'habitations, complètement restauré et classé monument historique . La typicité de cet ensemble, une construction en pierre sèche par simple superposition car l'eau, nécessaire à la fabrication du mortier, était rare dans la région, contrairement à pierre qu'il suffisait de ramasser.

Un cadre unique qui nous a fait remonter le temps.

Les "petits plats" ont beaucoup aimé essayer de deviner l'utilisation de chaque borie en fonction de ce qu'ils voyaient à l'intérieur (habitation, bergerie, grange, porcherie, …). Ils ont pu courir, s'inventer des histoires.

Nous avons d'autant plus apprécié la visite que nous étions quasiment les seuls. Je n'ose imaginer ce que doit devenir ce lieu en plein été …









Le village des Bories
84220 Gordes

Ouvert tous les jours dès 9h00 (fermeture selon les saisons)

Visite : 30 minutes environ

27 oct. 2014

Et les deux semaines écoulées, alors ? #35

C'est pas chouette :

  • notre semaine de vacances passée beaucoup trop vite
  • retrouver le brouillard et le temps tout gris à notre retour
  • avoir le coeur gros, par avance, à l'idée de laisser les "petits plats" à ma reprise du travail (dualité quand tu nous tiens …)
  • ne pas avoir beaucoup de réactions à mes derniers articles
  • passer plus de 2 heures à trier les photos à développer et tout perdre en un clic
  • ne pas avoir envoyé son paquet à une copinet

C'est chouette :
  • notre magnifique semaine de vacances
  • se retrouver tous les 6 pour plein de doux moments
  • se baigner un 21 octobre !
  • chouchouter un chat et quatre poules pendant une semaine
  • découvrir le 1000 bornes (merci Appelez-moi Madame ;-) )
  • prendre le temps
  • profiter du soleil du sud
  • lire et acheter des livres

Faire un HEUREUX !

Le ciel est en feu

Custumiser le coin recyclage

Notre coin de paradis pour une semaine

Les jouets c'est tellement 'has been' : un balai, des feuilles et les
voilà occupés pour la fin de l'après-midi

Chouchouter notre chat d'adoption

Pause glaces pour toute la famille

Combler une lacune

Chiner un tout petit peu (et être un peu frustrée par le maigre butin …)

La photo traditionnelle des vacances

L'enfant et les poules

Profiter une dernière fois de la mer cette année

Avis de tempête sur les Baux de Provence :
les "petits plats" ne sont pas prêts d'oublier cette visite

1-2-3, j'arriiiiive !

Apéro time ^^

Lectures des vacances. Dur, dur parfois ...

Les vacances sont finies : ma douce va dire
au revoir à ses amis à plumes et à poils

Mine de rien, on crapahute pas mal pendant
les vacances #jesuisunmouton

Une semaine d'absence et quelqu'un essaye de squatter notre maison ^^

Retrouvez les Bits & Pieces chez Maman Clémentine, les Meli-melow chez Le petit train-train de Mam'Zelle A, les Hauts et Bas chez Ali Alanoix et les J'aime/J'aime pas chez Milie

17 oct. 2014

#2014projet52 : retour sur les photos de septembre

J'ai comme l'impression que le mois de septembre n'a même pas existé cette année ! Je ne l'ai, en tout cas, pas vu passer, occupée que j'étais à préparer l'anniversaire surprise de ma maman, à voiturer les "petits plats" à gauche et à droite et à faire en sorte de ne pas crouler sous les lessives …

Le projet photo a d'ailleurs connu une baisse de régime, mais j'ai quand même réussi à récupérer le coup au début octobre. Je tiens à arriver au but que je me suis fixée, c'est-à-dire tenir le rythme jusqu'au bout ! Allez, on ne lâche rien !

Voici donc mon retour sur ma participation du mois de septembre.

Toutes mes photos ont été publiées sur Instagram avec le hashtag #2014projet52. N'hésitez pas à m'y retrouver.

Semaine 35 : Soleil


Je ne sais pas chez vous, mais ici, je le voyais venir gros comme une montagne. Il a fait moche à peu près pendant toutes les vacances d'été et, dès que les enfants ont repris le chemin de l'école, le soleil a refait son apparition. Tellement dur de leur faire faire leurs devoirs quand il fait enfin beau et qu'ils n'ont qu'une seule envie, aller courir dehors.

Semaine 36 : Rentrée




La rentrée était fixée le 28 août. Le soir même, nous les parents (enfin, j'entends par là surtout nous, les mamans ^^), nous avions des devoirs. Pour la première année, j'avais du travail à double étant donné que M. et A. avait des cahiers, livres, carnets à recouvrir. Comme rien ne devait être simple, j'ai réussi à me planter en achetant le papier et à en prendre de l'autocollant, naturellement interdit sur le matériel scolaire … J'ai donc dû utiliser le même papier pour mes deux "petits plats" (heureusement qu'ils ne sont pas matérialistes) en croisant les doigts pour en avoir assez !

Semaine 37 : Sexy


Pas spécialement inspirée sur ce thème-là. Peut-être parce que je ne me considère pas comme la maman la plus sexy qui soit ^^ M'enfin, il y a quand même un petit moment que j'apprécie et que je m'accorde régulièrement, c'est de prendre le temps d'avoir de jolies mains. #essenceaddict

Semaine 38 : Cocooning


C'est LE moment que j'apprécie de m'accorder dans la journée et plutôt deux fois qu'une (même plusieurs fois pour dire la vérité). Une bonne tasse de thé, tranquille, quand les "petits plats" sont calmes, ou occupés, ou à l'école. Je suis fidèle au thé de Noël : j'en bois en toutes saisons, même en plein été (il porte mal son nom pour le coup ^^).

Semaine 39 : Automne


Trois petits enfants, bottes au pied, à la recherche de champignons. Un panier. Des feuilles mortes. Des odeurs de sous-bois. Le soleil qui s'immisce à travers les branches. Un moment rien qu'à nous. Et au final, ne pas rentrer bredouilles ^^

Semaine 40 : Chocolat


C'est le thème que j'aurais pu illustrer avec mille photos tant j'aime le chocolat. Difficile pour moi d'y résister … En plus, en vivant où je vis, je ne peux pas dire que je ne suis pas privilégiée ^^ Ce jour-là, une amie à qui je tiens beaucoup, m'a offert cette jolie boîte et j'ai été très sensible au petit message qu'elle comportait. Et que dire du packaging ?

En route pour le 10ème mois avec les thèmes Parties du corps, Make up, Boisson et Halloween.

projet-52-milie-logo

Dès demain, le blog se met en vacances une petite semaine. Vous pouvez toujours me retrouver sur Instagram où partagerai avec vous la découverte de la Provence avec les "petits plats" ^^

Je vous souhaite une très belle semaine et me réjouis de vous retrouver en pleine forme !


15 oct. 2014

THE pont

Nous n'habitons pas très loin d'une "grande" ville qui est connu pour son patrimoine architectural moyenâgeux (entre autres choses).

C'est aussi une ville qui compte un très grand nombre de ponts car elle est lovée au creux des méandres d'une rivière.

Des ponts en bois, en pierre, en métal. De très vieux ponts, d'autres plus récents.

Pour désengorger le trafic au centre-ville, en particulier celui qui passe au pied de la magnifique cathédrale, un nouveau pont a été construit ces dernières années. Il relie les deux parties hautes de la ville, mais également - et c'est une jolie image - les deux parties linguistiques de la région (et oui, d'où je viens, on parle français et allemand !)

Décrié par certains, adulé par d'autres, ce pont ne laisse presque personne indifférent.

Dans la famille "petits plats", on n'a suivi d'un oeil son édification. On l'a vu grandir progressivement, éléments par éléments. On a assisté au spectacle magique de la jonction. C'était vraiment spectaculaire, tant tout avec l'air si minutieux alors que l'ouvrage est gigantesque. Il s'agit en effet du plus grand pont à hauban de Suisse.

Et enfin, ce week-end, avait lieu l'inauguration officielle, suivie d'une journée d'ouverture au public avant celle définitive pour les véhicules.

Nous sommes donc parti à la découverte de ce géant avec des amis et plusieurs milliers d'autres curieux. 7 enfants pour 3 adultes, ça ne rigolait pas, mais nous avons adopté la technique du 'petit train' et tout le monde a apprécié la promenade.

Je vous emmène avec nous à la découverte de notre petit "Viaduc de Millau" ^^ ?



Tchou ! Tchou ! Le p'tit train.
Ouacadoua ! Va bon train !








On découvre la cathédrale sous un nouvel angle

Si les enfants s'égarent, veuillez vous adresser
au bureau des objets trouvés ^^


Un "petit plat" dans la brume matinale

Le contraste ancien - moderne 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...