@ Ma smala et moi: janvier 2015

28 janv. 2015

4 enfants. Un travail. C'est possible ?

L'année passée, à peu près à la même période, j'avais pris de bonnes résolutions.

  • Perdre les 7 kilos qui me restaient de ma dernière grossesse.
  • Cuisiner une fois par semaine un nouveau plat pour me diversifier un peu.
  • Reprendre ma vie professionnelle en main.

J'ai tenu 3 mois pour la première résolution, perdu 5 kilos et tout repris (bouhouhou !). La deuxième n'a même pas vu le jour. Et la troisième …

La quarantaine approchant sérieusement, mais l'âge de la retraite étant encore loin (en Suisse, il est fixé à 64 ans …), j'ai commencé à me remettre sérieusement en question et à me demander si je pouvais continuer ainsi.

J'ai fait de longues études, mais sans idée précise de ce que je voulais faire. Résultat, quand il a fallu décrocher un premier job, je me suis retrouvée fort dépourvue et je ne savais pas trop où me tourner.

J'ai pris le premier poste où l'on a bien voulu de moi. Et j'ai continué ainsi, sans interruption pendant 12 ans. J'ai occupé 5 emplois pendant ces années, j'ai toujours choisi moi-même de partir, mais je ne mes suis jamais sentie complètement dans mon élément.

Avec l'arrivée des "petits plats", j'ai progressivement baissé mon temps de travail pour finir par ne garder qu'un 10%, histoire de mettre le nez hors de la maison et de garder un semblant de vie professionnelle.

Oui … Mais voilà … Même si mon dernier poste était top pour la liberté qu'il me laissait, que j'avais des collègues très sympas, un cadre de travail agréable pas loin de chez moi, j'avais envie de plus. Et surtout, je ne me voyais plus continuer à passer de place en place, sans avoir le feu sacré, pendant encore 25 ans et des brouettes.

A côté de cela, même si mes enfants représentent tout (et même plus) pour moi, je sentais que je commençais à tourner comme un lion en cage à force de rester à la maison avec eux.

Seulement ... A bientôt 40 ans, je n'avais aucune idée de ce que je pourrais bien faire. Aucun job qui me faisait rêver. Pas la moindre petite envie. Pathétique, non ?  Dire qu'il y a des ados qui savent déjà exactement ce qu'ils veulent faire professionnellement parlant, moi, la "vieille" pas. Et franchement, pour ne rien vous cacher, ça fait peur.

Ajoutez à cela que j'étais quand même limitée par ma grande famille et mes possibilités de garde restreinte, par les horaires de Monsieur "petit plat" qui sont plutôt empoisonnants, je n'étais pas très positive quand à mes chances de trouver quelque chose. Cela tenait presque du miracle si j'arrivais à concilier tous ces impératifs. J'avais un peu l'impression de chercher à avoir le beurre, l'argent du beurre et le fils du laitier ^^

J'ai épluché les petites annonces, écumé les sites d'offres d'emploi, mais j'avais juste envie de pleurer.

J'ai poussé la porte de l'orientation professionnelle en espérant trouver des pistes. Je suis ressortie écoeurée en n'étant pas plus avancée.

Bref, je me suis fait une crise de la pré-pré quarantaine bien carabinée.

Au mois d'avril, j'ai abandonné tout espoir. Rien ne se présentait qui m'aurait fait accepter de laisser mes enfants pour reprendre le chemin du travail. Horizon bouché. Point !

Et puis, un jour, en accompagnant les "petits plat" choisir des livres à la bibliothèque de notre village, je ne sais pas ce qui m'a pris … Cet endroit est un peu magique. Hors du temps. Avec un je-ne-sais-quoi en plus.


La responsable était seule. Je lui ai demandé si elle n'avait pas besoin de quelqu'un pour donner un coup de main de temps en temps. Même bénévolement.

Quelle ne fut pas ma surprise quand elle m'a dit qu'elle allait bientôt prendre sa retraite et qu'elle me tiendrait au courant si quelque chose se présentait. Et elle a tenu promesse, deux mois plus tard, et m'a permis d'envoyer une candidature pleine d'espoir, mais aussi de craintes à l'idée de tout ce qu'il faudrait mettre en place pour replonger dans le monde professionnel.

Quand, durant l'entretien auquel j'ai été, à ma grande surprise, conviée, la personne chargée du recrutement a répondu "je comprends parfaitement, j'en ai aussi 4" alors que je parlais de mes enfants, de l'amour que je leur portais, mais aussi du besoin que j'avais de m'épanouir personnellement parce qu'ils n'auraient pas toujours autant besoin de moi, j'ai eu un bon pressentiment.

Une semaine plus tard, j'avais la confirmation que je ne m'étais pas trompée.

On m'offrait un poste, un virage professionnel à 180 degré, une nouvelle formation et, cerise sur le gâteau, des horaires inespérés me permettant de concilier vie de famille et vie professionnelle.

J'ai l'habitude de dire que rien n'arrive jamais par hasard. Je dois avouer que 2014 m'a réservé une belle surprise alors que je n'y croyais plus.

Le 5 janvier, j'ai fait ma rentrée de "working mum". Un peu de stress, d'appréhension en pensant à tout ce que j'avais mis en place (nounou, horaires, bien-être des "petits plats", …), mais aussi tellement de plaisir à prendre le chemin qui mène à "ma" bibliothèque.

Il y a tant à apprendre, à faire, à projeter, à rêver que je ne vois pas le temps passer. Et quelle joie de retrouver les enfants après avoir passé quelques heures loin d'eux. Ils semblent aussi vivre ce changement plutôt bien (je croise les doigts pour que ça dure …). Une maman plus détendue, épanouie et comme dirait M. "des centaines de livres rien que pour nous" (le privilège d'avoir une maman bibliothécaire) ^^


26 janv. 2015

Et la semaine écoulée, alors ? #48

C'est pas chouette :
  • le service de remplacement de ma nounou qui arrive avec 1/2 heure de retard (professionnel le service normalement ...)
  • l'impression de ne pas voir le temps passer
  • être fatiguée 
  • être sous antibiotiques (le stress me joue des tours, je crois …)
  • craquer pour une housse de coussin chez le géant suédois et découvrir que c'est une fin de série (j'en ai pris une et il m'en faudrait deux. Bouhouhou …)
  • notre débit internet qui va un poil mieux (ce n'est pas encore la panacée), mais notre ligne téléphonique qui est HS

C'est chouette :
  • une soirée pizza avec des amis pas revus depuis longtemps
  • la rencontre avec le prof de M. qui s'est plutôt bien passée (quelques points à améliorer, mais dans l'ensemble, ça ne va pas trop mal)
  • ne pas avoir vu passer la semaine au travail (ce qui est plutôt bon signe, non ?)
  • une virée chez le géant suédois (même si j'ai réussi à oublier la seule chose nécessaire que je devais acheter ^^)
  • héberger le grand filleul de Monsieur "petit plat" qui nous annonce qu'il vise une participation aux JO de Tokyo en 2020 (on économise déjà ?)
  • M. et A. qui retournent skier avec leur papa

Partir travailler avec un paysage magique


Please welcome the Olaf family ^^

La corvée chaque semaine : 14 menus
pour 6 estomacs pas toujours d'accord entre eux ...

Adieu … !

La légende dit qu'un câlin offre une journée
de vie supplémentaire à celui qui le reçoit ...

Et encore une couche d'or blanc ! Splendide semaine neigeuse ^^

Retrouvez les Bits & Pieces chez Maman Clémentine, les Meli-melow chez Le petit train-train de Mam'Zelle A, les Hauts et Bas chez Ali Alanoix et les J'aime/J'aime pas chez Milie

22 janv. 2015

Des LEGO pour les grands (Ça casse les briques)

Le Père Nowel m'a apporté un seul paquet, mais grâce à lui, je peux participer pour la première fois au rendez-vous de Maman Clémentine "Ça casse les briques".


Le principe est simple : présenter une boîte de Duplo ou de Légo afin de constituer une sorte de base de données et avoir ainsi des idées pour les petits et les grands.

J'avais repéré la boîte que je vais vous présenter aujourd'hui sur Pinterest, en cherchant des illustrations d'un de mes grands rêves : partir en vacances dans un bus VW. Je pense qu'il faudra attendre la retraite pour le réaliser ^^ (à 6, la place risque de manquer …), alors en attendant, je bave devant la version en petites briques danoises. Voici donc le Camping-car Volkswagen T1.



Cet ensemble, sorti en 2011, comporte 1332 pièces permettant de reconstituer le bus VW de 1962. Tout y est !

L'emblématique logo VW à l'avant, le moteur à l'arrière, le porte-bagage sur le toit, le toit relevable pour se tenir debout dans l'habitacle.




A l'intérieur, une foule de petits détails allant du tableau "Make Lego Models not war", au verre posé sur la table rabattable et à la plante verte. Les concepteurs ont poussé le sens du détail jusqu'à mettre un miroir et à recréer un réfrigérateur. La banquette arrière s'abaisse, ne reste plus qu'à s'allonger ^^



Il va s'en dire que cette boîte est magnifique ! J'ai eu tellement de plaisir à assembler les briques que j'étais déçue d'avoir déjà fini le montage (il m'a fallu 2-3 heures parce que j'ai voulu faire durer le plaisir, ce que les "petits plats" avaient beaucoup de mal à comprendre, comme ils ont de la peine à concevoir qu'il ne faut pas "jouer" avec …).


Ce petit chef-d'oeuvre trône maintenant fièrement dans une niche de mon bureau, ce qui me permet de le surveiller de près ^^ et de rêvasser en le regardant …


Nom : Le camping-car Volkswagen T1. Référence : 10220. Collection : Creator. Année de sortie : 2011. Âge : 16+. Nombre de pièces : 1332. Prix : 99.99 Euros sur le Shop Lego.

21 janv. 2015

Princesse ascendant casse-cou et rebelle (où quand les clichés volent en éclat)

Dans l'esprit de la plupart des gens, une fille après 3 garçons, c'est "youpiiiii-cotillons-champagne-et-cie".

Une pauvre maman "esseulée" a enfin touché au but !

"Oh, une petite fille, vous devez être comblée, c'est tellement doux et tranquilles les filles" …

Alors là, STOOOOOOP !!!!

Je vous arrête tout de suite, tout ceci n'est que balivernes !

C'est que, il y a dû y avoir erreur lors de la livraison ... Mistinguette L. est tout sauf représentative (pour le moment ^^) de cette description.

Pour la délicatesse, on repassera. Pour la douceur aussi. Je pense avoir hérité du modèle bulldozer ascendant garçon manqué. Il paraîtrait, selon ce que j'entends, qu'avec trois frères, c'est tout ce qu'il y a de plus normal.


Oui … Mais ...

C'est quand même elle qui nous a gratifié de notre premier passage aux urgences pour cause de blessure (avant on ne connaissait "que" les angines, otites et compagnie). Elle qui grimpe partout (malgré nos interdictions), n'a peur de rien, se paye des gamelles mémorables et fait des choses qui nous mettent en apnée (la descente en trottinette, à deux ans, sans savoir freiner, c'est du vécu …) . Elle qui n'apprend, de toute évidence, pas non plus de ses erreurs puisque, à peine tombée, elle recommence.

Encore elle qui est incapable de rester assise et se met systématiquement debout sur les chaises, les canapés, les lits. Et vas-y que je répète à longueur de journée "assied-toi-reste-assise-on-ne-se-met-pas-debout-ASSISE!!!!"

Si on fait abstraction de cette propension à la cascade qui est, somme toute, le propre de bien des enfants (il paraît, parce que je n'ai pas connu ça avec mes trois garçons … Comme quoi …), mon modèle 2012 version fille est aussi du type "princesse à la tignasse indomptable" ^^

Dire que je me réjouissait de lui faire plein de coiffures mignonnettes serait un doux euphémisme (oui, là, je l'admets, les coupes garçons, c'est quand même un peu frustrant pour une maman ^^).

Hélas, il y a dû y avoir un souci à la commande (je n'ai sûrement pas lu les conditions générales correctement ou j'ai oublié de cocher une petite case tout en bas du formulaire …). En effet, on m'a attribué un numéro totalement allergique à tout ce qui s'approche de trop près de sa chevelure (et pourtant si vous saviez comme elle a de beaux cheveux !). Je dois me satisfaire et être ultra contente si j'arrive à lui mettre une barrette (et encore, il faut être leste pour la lui fixer !)

Adieu chouchous, bandeaux, nattes, couettes, tresses et compagnie. Dire que j'en ai tout un stock (et que j'en achète encore …)


Bonjour cheveux en bataille qui tombe devant les yeux. Si j'ai le malheur d'essayer de lui attacher les cheveux - pour manger par exemple - mes oreilles décèdent … Et si j'y arrive, cela ne ressemble à rien et ne résiste pas très longtemps à l'assaut de deux petites mains.

Alors heureusement que je peux compenser ma "frustration" dans les magasins (comment ça je me cherche des excuses ^^ ?) et craquer pour des tenues toutes plus mignonnes les unes que les autres (de toute façon, à elle, tout lui va ^^).

Mademoiselle a un dressing bien plus fourni que le mien et accepte pour le moment (croisons les doigts pour que ça dure …) les tenues qu'on lui propose !

C'est que c'est aussi un modèle doté d'un fort caractère … On en parle ?

19 janv. 2015

Et la semaine écoulée, alors ? #47

C'est pas chouette :

  • les "petits plats" en mode surexcités et relou. C'est à celui qui criera le plus fort et à ce petit jeu, difficile de les départager …
  • ne pas sentir notre nounou très à l'aise dans son rôle
  • l'électricien qui n'arrive pas à intervenir sur notre ligne internet parce que la prise n'est pas accessible (la personne qui nous a installé notre armoire murale a fait une découpe ronde sur des prises carrées …)
  • avoir toujours un débit internet bridé à 8MB
  • manquer de temps pour bloguer depuis la reprise du travail

C'est chouette :
  • se faire un resto attendu depuis longtemps avec une amie
  • participer à un premier atelier de formation dans le cadre de mon travail
  • avoir conclu un accord d'échange de maison pour les prochaines vacances d'été
  • avoir mille projets pour mon nouveau job
  • N. qui passe des heures à dessiner et qui fait d'énormes progrès
  • emmener les "petits plats" skier et faire du bob
  • se faire une bonne fondue en rentrant pour se réchauffer

Ces éléments de l'Hôpital des enfants Fisher Price sont à échanger

De la lecture en perspective

J'ai fait les soldes et suis revenue avec des pyjamas … non soldés ^^

Les grands skient ...

… et les plus petits alignent les descentes

Le grand air s'est épuisant !


Retrouvez les Bits & Pieces chez Maman Clémentine, les Meli-melow chez Le petit train-train de Mam'Zelle A, les Hauts et Bas chez Ali Alanoix et les J'aime/J'aime pas chez Milie

16 janv. 2015

"Kapla family"

Avant d'avoir des enfants, je crois que si quelqu'un avait utilisé ce mot dans la conversation, j'aurais fait mine de rien et pris l'air de celle qui sait tout à fait de quoi il s'agit.

En vrai, je me serais précipitée, dès que j'en aurais eu l'occasion, vers mon ami Google pour combler mon ignorance.

Heureusement, grâce aux "petits plats" je ne suis plus inculte et j'ai découvert avec eux ces petites planchettes qu'ils ont appris à manipuler lorsqu'ils allaient à la crèche.

Conquis par la simplicité, la portée pédagogique, les possibilités de coopération, de concentration, mais surtout la multitude de possibilités d'utilisation (moins par le prix, soyons honnête …), nous avons offert des boîtes à nos enfants à plusieurs occasions.

Et c'est ainsi que, depuis plusieurs année maintenant, c'est le feu d'artifice de constructions chez nous, les "petits plats" ayant une imagination débordante. Les univers se font, se défont. Des "habitants" s'invitent occasionnellement ...

Ne manque plus que la neige ^^

Ajouter une légende

Réunion au sommet

Avec quelques plots, c'est encore mieux

Le trésor des chevaliers Playmobil est bien gardé

Reconstitution des Cités d'Or (Estaban, Zia, Tao les Cités d'or …
(Ne me remerciez pas,
la chanson dans la tête toute la journée, c'est cadeau ^^)

Le stade de foot avec panneaux publicitaires et
panneau d'affichage de scores

A l'occasion d'un premier, puis d'un deuxième séjour à Paris, nous en avons aussi profité pour les inscrire à un atelier dans le Centre Kapla. Le premier a été une franche réussite, le second un peu moins, N. ayant été chahuté par un autre enfant. Mais l'expérience leur a permis d'apprendre de nouvelles techniques, reproduites dès notre retour à la maison.



Oui, nous étions à Paris à Pâques ...


Bref, tout cela pour dire que nous sommes archi fans de ce jeu, sauf quand la construction en cours se casse la figure à 7h le matin quand le reste de la famille dort encore ^^

14 janv. 2015

You habla italiano oder non ?

Dans notre famille, nous parlons plusieurs langues.

Même si, à mon grand désespoir Monsieur "petit plat" n'est pas du tout systématique pour s'adresser dans sa langue maternelle à nos enfants, dans l'ensemble ils se débrouillent plutôt bien.

J'ai longtemps été fâchée qu'il ne fasse pas plus d'efforts, car je trouve qu'il les prive d'une grande richesse, mais j'ai arrêté de m'énerver. Il ne veut pas, tant pis !

Malgré tout, il suffit que mes beaux-parents viennent quelques jours chez nous ou que nous allions les trouver pour que les "petits plats" switchent rapidement sur l'autre langue.

Alors oui, ils inventent des mots, leur syntaxe est branlante, mais ils sont tout à fait capables de se faire comprendre. Regarder la télévision ou lire des livres dans l'autre langue ne leur pose pas de problème particulier non plus.

Outre ces deux langues parlées en famille, depuis maintenant 3 et 2 ans, M. et A. apprennent l'allemand à l'école. Il s'agit d'une immersion précoce et même si c'est loin d'être facile d'apprendre l'orthographe en allemand quand celle en français n'est pas encore maîtrisée, je les trouve assez désinhibés quand il s'agit de s'exprimer dans la langue de Goethe.

Le prof de M. nous disait justement qu'à son avis, cet apprentissage précoce ne ferait pas d'eux de parfait germanophones, mais que ce serait sans doute des jeunes et des adultes plus à l'aise dans leur rapport avec cette langue.

Depuis quelques jours maintenant, M. s'interroge beaucoup sur les manières de dire les mêmes mots dans différentes langues.

Son petit plaisir : nous souffler à l'oreille des "Je t'aime" dans plusieurs langues. En se levant le matin, en débarrassant la table, avant d'aller se coucher, tout est bon pour user (et abuser quand il s'agit de gagner du temps avant d'aller au lit ^^) de ces jolies formules.

Hier soir, il nous l'a même mis par écrit et, comment dire, on ne peut que craquer ...


12 janv. 2015

Et la semaine écoulée, alors ? #46

C'est pas chouette :

  • assister à l'horreur et être perdue pendant plusieurs jours
  • ne pas trouver l'envie de bloguer (ni le temps d'ailleurs et ça me fait un peu peur pour la suite …)
  • avoir dû attendre le retour de vacances de notre pédiatre pour qu'enfin quelqu'un nous prenne au sérieux et fasse des examens approfondis à N. : découvrir au bout de 10 jours qu'il a une pneumonie
  • N. qui fait une monstre crise le jour de ma reprise
  • devoir rentrer plus tôt pour le calmer (ça le fait, le premier jour …)
  • n'avoir pas vu la semaine s'écouler
  • avoir beaucoup couru (mon organisation et mon timing ne sont de loin pas encore au point)

C'est chouette (parce que oui, malgré tout, il y a eu des beaux moments) :

  • m'être sentie tellement bien dans mon nouveau travail
  • avoir des tonnes d'idées à mettre en place
  • être invité par nos voisins à une soirée restes-de-fête-de-fin-d'année (mioum ^^)
  • accompagner A. avec sa classe à la patinoire (même si je ne le ferais pas tous les jours)
  • faire la sieste avec N. samedi après-midi
  • être bizoutée par mistinguette L. en regardant la Reine des neiges (une vraie fille, elle arrive à faire deux choses à la fois ^^)

Faire une jolie trouvaille 

Le trafic aérien était chargé en fin de journée

40 enfants à la patinoire … Ouf !

Retrouvez les Bits & Pieces chez Maman Clémentine, les Meli-melow chez Le petit train-train de Mam'Zelle A, les Hauts et Bas chez Ali Alanoix et les J'aime/J'aime pas chez Milie

7 janv. 2015

L'enfant préféré




Je suis tombée, il y quelques semaines, sur un article dans un magazine féminin suisse, intitulé "Avons-nous tous un enfant préféré". Il m'a interpellé et m'a fait réfléchir (ça m'arrive, si, si ^^).

En effet, selon plusieurs études, entre 70 et 80% des parents (mère et père confondus) ont un enfant préféré.

Dans un style volontairement provocateur, un auteur américain, Jeffrey Kluger affirme même :

"95% des parents ont un chouchou, et les 5% restants mentent" … (The Sibling Effect - L'effet fratrie, en français)
Cette lecture m'a beaucoup fait m'interroger sur ma façon de faire dans ma propre famille, sur mon comportement avec les différents membres de ma fratrie.

En toute honnêteté, je n'ai pas l'impression d'avoir une préférence parmi mes enfants. Peut-être que je me voile la face, que je ne veux pas l'admettre comme cela semble le cas de certains parents interrogés, mais sincèrement, si on vient me dire que j'ai un chouchou, j'aurais, sans doute, un peu de peine à l'admettre …

Je pense donner un amour égal à mes 4 enfants, ne pas en favoriser un plus que l'autre et appliquer le même niveau de tolérance avec chacun.

Par contre, de part leur caractère, leur manière d'être, leur personnalité propre, il m'est impossible de me comporter de la même manière avec tous.

M., 8 ans est le plus câlin et le plus tactile. Il me donne encore la main pour aller à l'école, vient se blottir contre moi, réclame des bisous et en donne. C'est l'aîné, celui qui fait tout en premier et que je dois apprendre à lâcher progressivement. Il ouvre le chemin pour le reste de la fratrie et, comme tout est nouveau, ce n'est pas toujours facile ni pour lui, ni pour moi.

A., 6 ans est plus indépendant. Les grandes effusions, très peu pour lui, mais il aime que je l'écoute raconter ses "aventures", que je sois tout près de lui quand on regarde tous ensemble un dessin-animé et que je lui caresse le dos. C'est le plus volontaire de mes enfants. Il donne l'impression de gérer presque tout avec facilité, mais je connais sa fragilité, alors je veille discrètement pour lui faire sentir que je suis là en cas de besoin, tout en lui donnant la liberté dont il a besoin.

N., 4 ans ressemble à M. Il passe de longs instants assis tout contre moi quand il se réveille. Il vient se frotter à la recherche de bisous et caresses plusieurs fois pendant la journée. Il monte sur mes genoux dès que je m'assieds quelque part et murmurant : "Mamaaaaaaan". C'est sans doute celui qui a le plus fort caractère, qui me teste le plus depuis quelques temps, mais je sais aussi que c'est celui qui a le plus besoin de ma présence parce qu'il est "entre deux" plus vraiment tout petit comme sa soeur, mais pas non plus tout grand comme ses frères. Il se cherche un peu entre ces deux univers et ce n'est pas toujours facile. Mais il a un sourire incroyable qui fait chavirer mon coeur chaque fois qu'il illumine son visage.

L., 2 ans, est un tourbillon permanent. Cette petite fille n'arrête jamais de bouger. Mais elle réclame aussi souvent nos bras et commence à nous faire des "piti bisous". C'est mon dernier bébé. Alors je fais - et j'en ai conscience - un peu durer le plaisir de la sentir tout contre moi, de la bisouter sur la table à langer, de glisser mon nez dans son cou. Elle voudrait tout faire comme les grands, sans en avoir encore ni les capacités, ni l'autorisation dans bien des circonstances. S'en suivent des crises mémorables parce que Mademoiselle est frustrée. Et ne se laisse pas compter non plus par ses frères aînés et s'impose en jouant des coudes ou tout en douceur (et mes petits mecs lui laissent tout passer …)

J'ai 4 enfants et un coeur qui a quadruplé de volume depuis leur naissance.

Ils ont chacun un petit nom doux.

Certains me ressemblent plus physiquement ou plus dans leur manière d'être.

Ils ne sont pas arrivés au même moment dans ma vie.

Ne sont pas du même sexe.

Ils sont 4 petites personnes, avec leurs qualités (nombreuses naturellement ^^) et leurs défauts.


Je ne prétends donc pas les aimer tous de la même façon parce qu'ils sont tous différents, mais de les aimer avec la même intensité.

Je ne prétends pas être parfaite en toutes circonstances, mais faire de mon mieux pour leur prouver mon amour inconditionnel à tous, sans distinction.

Et j'ai pleinement conscience que tôt ou tard, l'un ou l'autre me reprochera d'avoir fait plus ci ou ça pour un autre membre de la fratrie. Il paraît que c'est naturel … J'essayerai de ne pas prendre ces remarques trop à coeur (aie, aie, aie, ça va faire mal !)

Et vous, que pensez-vous ? Avez-vous l'impression de donner une place à part à l'un de vos enfants ?

5 janv. 2015

Et la semaine écoulée, alors ? #45

C'est pas chouette :

  • N. terrassé (le mot n'est pas trop fort !) par ce qui semble être la grippe
  • rester cloîtrés à la maison (rapport au point précédent)
  • fêter le Nouvel An séparés les uns des autres (toujours à cause du premier point)
  • M. et A. qui sont comme chiens et chats avec N. qui, malgré (ou à cause de) la fièvre ne se laisse pas faire (bonjour l'ambiance …)
  • appréhender un peu ma reprise professionnelle

C'est chouette :

  • faire une cure de films classiques et de dessins animés avec les "petits plats"
  • traîner en pyjama 
  • recevoir une jolie surprise dans ma boîte aux lettres
  • mettre de l'ordre
  • me réjouir de reprendre le chemin du travail (je vous en reparle très bientôt)

Un petit détour par les urgences le matin du 31 ...

… mais on ne s'est pas laissé abattre !

Finir l'année et en débuter une autre en bonne compagnie

Olaf nous a quitté ...

… mais Pharrell Williams est venu le remplacer ^^

Et une bien belle personne a pensé à moi (bisous toi !)

Retrouvez les Bits & Pieces chez Maman Clémentine, les Meli-melow chez Le petit train-train de Mam'Zelle A, les Hauts et Bas chez Ali Alanoix et les J'aime/J'aime pas chez Milie
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...