@ Ma smala et moi: 4 enfants. Un travail. C'est possible ?

28 janv. 2015

4 enfants. Un travail. C'est possible ?

L'année passée, à peu près à la même période, j'avais pris de bonnes résolutions.

  • Perdre les 7 kilos qui me restaient de ma dernière grossesse.
  • Cuisiner une fois par semaine un nouveau plat pour me diversifier un peu.
  • Reprendre ma vie professionnelle en main.

J'ai tenu 3 mois pour la première résolution, perdu 5 kilos et tout repris (bouhouhou !). La deuxième n'a même pas vu le jour. Et la troisième …

La quarantaine approchant sérieusement, mais l'âge de la retraite étant encore loin (en Suisse, il est fixé à 64 ans …), j'ai commencé à me remettre sérieusement en question et à me demander si je pouvais continuer ainsi.

J'ai fait de longues études, mais sans idée précise de ce que je voulais faire. Résultat, quand il a fallu décrocher un premier job, je me suis retrouvée fort dépourvue et je ne savais pas trop où me tourner.

J'ai pris le premier poste où l'on a bien voulu de moi. Et j'ai continué ainsi, sans interruption pendant 12 ans. J'ai occupé 5 emplois pendant ces années, j'ai toujours choisi moi-même de partir, mais je ne mes suis jamais sentie complètement dans mon élément.

Avec l'arrivée des "petits plats", j'ai progressivement baissé mon temps de travail pour finir par ne garder qu'un 10%, histoire de mettre le nez hors de la maison et de garder un semblant de vie professionnelle.

Oui … Mais voilà … Même si mon dernier poste était top pour la liberté qu'il me laissait, que j'avais des collègues très sympas, un cadre de travail agréable pas loin de chez moi, j'avais envie de plus. Et surtout, je ne me voyais plus continuer à passer de place en place, sans avoir le feu sacré, pendant encore 25 ans et des brouettes.

A côté de cela, même si mes enfants représentent tout (et même plus) pour moi, je sentais que je commençais à tourner comme un lion en cage à force de rester à la maison avec eux.

Seulement ... A bientôt 40 ans, je n'avais aucune idée de ce que je pourrais bien faire. Aucun job qui me faisait rêver. Pas la moindre petite envie. Pathétique, non ?  Dire qu'il y a des ados qui savent déjà exactement ce qu'ils veulent faire professionnellement parlant, moi, la "vieille" pas. Et franchement, pour ne rien vous cacher, ça fait peur.

Ajoutez à cela que j'étais quand même limitée par ma grande famille et mes possibilités de garde restreinte, par les horaires de Monsieur "petit plat" qui sont plutôt empoisonnants, je n'étais pas très positive quand à mes chances de trouver quelque chose. Cela tenait presque du miracle si j'arrivais à concilier tous ces impératifs. J'avais un peu l'impression de chercher à avoir le beurre, l'argent du beurre et le fils du laitier ^^

J'ai épluché les petites annonces, écumé les sites d'offres d'emploi, mais j'avais juste envie de pleurer.

J'ai poussé la porte de l'orientation professionnelle en espérant trouver des pistes. Je suis ressortie écoeurée en n'étant pas plus avancée.

Bref, je me suis fait une crise de la pré-pré quarantaine bien carabinée.

Au mois d'avril, j'ai abandonné tout espoir. Rien ne se présentait qui m'aurait fait accepter de laisser mes enfants pour reprendre le chemin du travail. Horizon bouché. Point !

Et puis, un jour, en accompagnant les "petits plat" choisir des livres à la bibliothèque de notre village, je ne sais pas ce qui m'a pris … Cet endroit est un peu magique. Hors du temps. Avec un je-ne-sais-quoi en plus.


La responsable était seule. Je lui ai demandé si elle n'avait pas besoin de quelqu'un pour donner un coup de main de temps en temps. Même bénévolement.

Quelle ne fut pas ma surprise quand elle m'a dit qu'elle allait bientôt prendre sa retraite et qu'elle me tiendrait au courant si quelque chose se présentait. Et elle a tenu promesse, deux mois plus tard, et m'a permis d'envoyer une candidature pleine d'espoir, mais aussi de craintes à l'idée de tout ce qu'il faudrait mettre en place pour replonger dans le monde professionnel.

Quand, durant l'entretien auquel j'ai été, à ma grande surprise, conviée, la personne chargée du recrutement a répondu "je comprends parfaitement, j'en ai aussi 4" alors que je parlais de mes enfants, de l'amour que je leur portais, mais aussi du besoin que j'avais de m'épanouir personnellement parce qu'ils n'auraient pas toujours autant besoin de moi, j'ai eu un bon pressentiment.

Une semaine plus tard, j'avais la confirmation que je ne m'étais pas trompée.

On m'offrait un poste, un virage professionnel à 180 degré, une nouvelle formation et, cerise sur le gâteau, des horaires inespérés me permettant de concilier vie de famille et vie professionnelle.

J'ai l'habitude de dire que rien n'arrive jamais par hasard. Je dois avouer que 2014 m'a réservé une belle surprise alors que je n'y croyais plus.

Le 5 janvier, j'ai fait ma rentrée de "working mum". Un peu de stress, d'appréhension en pensant à tout ce que j'avais mis en place (nounou, horaires, bien-être des "petits plats", …), mais aussi tellement de plaisir à prendre le chemin qui mène à "ma" bibliothèque.

Il y a tant à apprendre, à faire, à projeter, à rêver que je ne vois pas le temps passer. Et quelle joie de retrouver les enfants après avoir passé quelques heures loin d'eux. Ils semblent aussi vivre ce changement plutôt bien (je croise les doigts pour que ça dure …). Une maman plus détendue, épanouie et comme dirait M. "des centaines de livres rien que pour nous" (le privilège d'avoir une maman bibliothécaire) ^^


14 commentaires:

  1. Quelle chance ! Le travail de rêve ! Métier que j'ai d'ailleurs failli exercer !
    J'aime ces tournants imprévisibles de la Vie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudrait toujours se dire que les choses justes se produisent au bon moment (même s'il m'arrive parfois de douter …) !

      Supprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. un très chouette billet qui m'a donné le sourire tout le long
    bravo pour ce changement et ce vent de chance (méritée ) et amuse toi bien dans ce poste
    la bibli c'est top !!
    moi je me prends le chou actuellement sur le changement justement. j'aime mon boulot mais avec mes horaires c'est contraignant pour la vie de famille
    entre les envies et la réalité, pas facile mais ce billet me donne espoir
    on verra ...

    bonne journée ^_^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tellement difficile de concilier famille, épanouissement personnel et travail …

      Mais il faut y croire (faite comme je dis, pas comme je fais ^^)

      Supprimer
  4. Que c'est chouette !!! je suis admirative, et je t'envie aussi ☺
    perso je suis dans ton cas, enfin le cas d'avant... J'ai un boulot mais bon, juste parce qu'il faut un boulot. je sais que là bas je ne vais pas évoluer, ça me plait sans me plaire... bref je cherche encore ma voix ^^
    Je reprend en juin... le stress (mais jy pense pas trop sinon ça va me bouffer)
    En tout cas c'est super pour toi, et ça a l'air d'être un boulot vraiment super !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faut pas être admirative, je ne suis de loin pas un modèle ^^

      Par contre, pour l'envie, je te comprends … J'ai ressenti la même chose pour plusieurs de mes ami(e)s qui étaient tellement épanouies avec leur famille, leur vie et leur travail.

      J'espère arriver à leur ressembler un tout petit peu ^^

      Supprimer
  5. C'est donc ça ce nouveau job! Je t'imaginais vendeuse au rayon livre de la Fnac ;-) Tu vas me prendre pour une idiote, mais je ne savais même pas qu'on avait une bibliothèque dans notre village! Elle est où?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hi, hi, hi ! Pour la Fnac, les horaires auraient été incompatibles avec ceux de ma moitié ^^

      Et oui, on a une bibliothèque dans le village (tu n'es pas la première à ne pas le savoir, je te rassure !). Elle est bien cachée et ne se met pas en avant (j'espère que ça va changer ^^).

      Si jamais, elle se trouve dans l'ancien bâtiment scolaire au rez-de-chaussée … Il faudra que tu viennes y faire un tour avec Charlie, il y a des trésors pour les petits (je vends bien le truc, hein ^^)

      Supprimer
  6. Voilà une expérience qui donne beaucoup d'espoir ! Je suis un peu dans ce cas, j'ai un boulot dont j'ai fait le tour et à l'approche de la quarantaine, je suis en quête de THE job qui m'occupera quand les enfants n'auront plus besoin de moi (ou presque). Je te souhaite bon courage pour cette nouvelle étape de ta vie.

    RépondreSupprimer
  7. Non mais sérieusement je suis verte de jalousie. Le job de mes rêves.

    Blague à part, je suis hype happy pour toi. C'est une merveille nouvelle et je suis contente que tu arrives ainsi à tout concilier.

    RépondreSupprimer
  8. J'avais oublié de commenter ce merveilleux billet, je suis JALOUSE, vraiment et tu as toute mon admiration, tu gères parfaitement, 4 enfants, un boulot, bravo!

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...