@ Ma smala et moi: Saut de classe : bilan (définitif ?) un an après

5 mars 2015

Saut de classe : bilan (définitif ?) un an après

Il y a une année, Monsieur "petit plat" et moi avions fait un choix qui était l'aboutissement de 2 longues années d'hésitation.

Faire sauter une classe à M., 7 ans et demi, qui étouffait petit à petit dans son parcours scolaire. 

Sans aller jusqu'à dire qu'il s'agissait d'une des décisions les plus difficiles de notre vie de parents, disons qu'elle ne fût pas facile à prendre.

Après de longues discussions avec notre fils, pour lui expliquer ce qui l'attendait, en terme de travail, de relations personnelles, de bien-être aussi, nous l'avons senti prêt (même plus que prêt …)

Il a fait le grand saut à la fin du mois de février 2014 et aujourd'hui, je me rends bien compte du chemin parcouru.

J'avais déjà fait un petit bilan après 8 mois ici, mais j'ai trouvé important de clore (sauf surprise) ce chapitre une année après.


Mon M. : ce petit grand garçon qui préfère
regarder "C'est pas sorcier" plutôt qu'un dessin-animé ...

Dans cette période de doutes, nous avons eu l'immense chance de tomber sur des enseignants extraordinaires, ce qui est une chose fondamentale dans le parcours de M.

La maîtresse qui l'a accueilli directement après son saut de classe. Celle qui l'a accompagné au cours des premiers mois. Rassurante quand c'était nécessaire. Maternante aux bons moments. Ferme quand il l'a fallu. 

Avec nous, ce fut aussi le cas. Son sens de l'écoute, sa connaissance des enfants ayant des "facilités" (je tiens à préciser que M. n'a pas été diagnostiqué HP, même s'il est très, très proche de la limite), son investissement personnel nous a permis de faire baisser petit à petit notre niveau de stress (le mien surtout ^^)

Elle a rapidement su cerner M. Ses forces et ses faiblesses. Son comportement parfois typique des enfants HP. Son petit caractère aussi … C'est elle qui nous a conseillé de consulter un pédo-psy pour mieux connaître notre fils, en apprendre plus sur lui et, de ce fait, pouvoir l'aider encore plus. 

Sur ce point, je dois avouer que je n'ai pas été très à l'aise avec le praticien chez qui nous avons atterri (conseillé par notre pédiatre) et que je n'ai pas été convaincu par ses méthodes et ses propositions. Il a posé un "diagnostic", mais je n'ai pas cherché à aller plus loin avec lui, surtout parce que je sentais que M. était bien mieux dans ses baskets. Si cela ne devait plus être le cas, je m'orienterais vers quelqu'un d'autre, plus spécialisé sans doute.

Le maître, ensuite, qui a repris la classe dans le niveau supérieur. Une figure masculine (la première en 4 ans) qui connaît désormais bien notre fiston. Une figure masculine bienvenue dans ce parcours scolaire. Qui le "bouscule" juste ce qu'il faut quand il se laisse aller, ne le laisse pas trop partir dans ses travers, mais le met aussi en face de ses erreurs quand cela s'avère nécessaire. Il l'accompagne aussi surtout dans ses passions, l'encourage et le félicite à bon escient. Bienveillant, mais ferme. Exactement ce qu'il faut à notre petit rêveur.

Au niveau scolaire, le saut de classe correspondait surtout à l'année charnière qui concerne la graphie, les premières règles grammaticales, mais aussi un bon de géant dans l'univers mathématique. 

Du côté écriture, on a dû cravacher ferme pour finir l'apprentissage d'une partie des minuscules, mais aussi rattraper plus des 3/4 des majuscules qui avait déjà été vue dans le programme. De plus, M. manquait de dextérité et de rapidité. Il a fait de grands progrès, même si l'écriture reste son point faible car il compense sa relative lenteur en écrivant parfois comme un futur docteur ^^ 

Les règles, la conjugaison ne lui posent pas particulièrement de problème : il a cette chance incroyable de retenir à la première explication. Il râle râlait souvent quand il devait répéter plusieurs fois le même genre d'exercice, trouvant que c'était du temps perdu. Nous avons dû prendre le temps de lui expliquer que tout les enfants n'avaient pas la chance de tout comprendre rapidement et que, comme quand on joue au foot, l'apprentissage du français (et d'autres matières d'ailleurs) était un travail d'équipe. Le parallèle avec le football a été bénéfique (Poke @Appelez-moi Madame ^^).

En mathématique, ce saut de classe est passé "presque" inaperçu. Il a tout été dans son élément. Tout au plus, a-t-on noté quelques variantes parce qu'il n'arrivait pas à appliquer les processus scolaires pour arriver au résultat demandé. Là encore, notre intervention a été nécessaire pour lui expliquer qu'il "devait" faire comme son enseignante lui demandait et pas selon sa méthode à lui.

Si, scolairement parlant, ce saut de classe a été bénéfique, au niveau personnel, il est aussi gagnant. Il est tombé dans une très bonne classe. Il est bien intégré, s'entend bien avec tout le monde. Il est à l'aise et ça se voit. Je trouve qu'en une année, il a grandit, mais qu'il a aussi mûri. Il est toujours très casanier, invite très peu de monde à la maison, mais il part retrouver des copains d'école dans le quartier et quand je vois comme il est accueilli le matin en arrivant à l'école, mon coeur de maman est plus léger.

A part ça, je ne vais pas vous le cacher, tout n'est pas non plus parfait. Mon M. est un petit garçon rêveur. Qui papillonne encore beaucoup même s'il a fait d'énorme progrès. C'est encore difficile pour lui de se concentrer sur quelque chose qui lui est imposé.

Difficile aussi d'être régulier et ça lui joue des tours. Il est capable de faire des (très) bons résultats pendant plusieurs semaines (avec souvent une facilité déconcertante) et tout à coup, poufffff, une période de laisser-aller complet. Dur pour les nerfs … Encore plus quand il avoue qu'il n'avait pas envie de faire ce qu'on lui demandait ! Ou qu'il a eu la flemme !

Je ne vous cache pas que, dans ces moments, je pourrais le bouffer tout cru ^^

J'ai découvert aussi que c'est un petit garçon qui joue avec nous et marche à la carotte. Si il a un objectif qui le motive (la promesse d'une récompense, par exemple - oui, je sais c'est mal …), il est capable de faire des merveilles. Lui qui plongeait complètement en dictée parce que "bof, tu vois, l'orthographe ce n'est pas mon truc" (vas-y que je te fais 0, puis 2, puis 4, puis 8 fautes) a réussi sans problème le sans faute quand son prof l'a mis au défi de le faire moyennement une récompense que nous lui ferions (nous avions donné notre accord). Sale gosse, va ^^!

Et vive les montagnes russes émotionnelles … 

Mais fondamentalement, je crois surtout qu'il n'a pas encore compris les enjeux de l'école, même si j'ai l'impression qu'il commence gentiment à en prendre conscience en parlant avec nos voisins plus âgés. Pour l'instant, dans son esprit, il va à l'école pour voir ses copains et apprendre, un peu … En 5H (CE2) je ne sais pas trop si je dois m'inquiéter ou pas ?

En résumé, dans notre cas, ce saut de classe a été plus que bénéfique pour M. Malgré les doutes (et il y en a encore), je ne regrette pas d'avoir franchi le pas ou plutôt si, je regrette de ne pas l'avoir fait plus tôt ! J'aurais sans doute évité un peu de souffrance à mon "bébé". 

J'ai toujours mes peurs de maman qui sont là mais que je les camoufle de mieux en mieux et, quand ce n'est pas le cas, ben je le dis ouvertement ^^ J'ai toujours autant de peine à lâcher prise sur certaines choses (les remarques dans le carnet me filent des boutons …).  Ma patience me joue encore des tours quand mon petit Monsieur fait ses devoirs à la va-vite ou fait le minimum syndical. Mais je travaille moi-aussi à lâcher prise, à apprendre à faire confiance et à le laisser faire ses propres expériences, bonnes ou mauvaises. Inspirer … Profondément … Expirer ...

Parce que, moi aussi, j'ai dû me mettre à niveau : je suis la maman d'un "grand" de 5H (CE2) désormais !

3 commentaires:

  1. Plutôt positif ce saut de classe. Bravo a lui. Nous avons aussi hésité pour notre troisième et nous ne regrettons pas, son seul petit souci :le graphisme!
    Sinon la 5ème H c est le CE2, c est l'ancienne 5 eme qui était le CM2.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement la même chose chez nous : le graphisme et la "rapidité" d'écriture lui jouent encore des tours. Et merci pour la remarque : je file corriger ;-)

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...