@ Ma smala et moi: Cette chance que je leur envie ...

11 sept. 2015

Cette chance que je leur envie ...


Je ne sais pas vous, mais moi, quand je regarde mes enfants évoluer dans leur univers, je me projette quelques années en arrière (ahem ^^) dans ma propre enfance.

J'habitais une petite ville de 7'000 habitants. Nous sommes 3'000 dans notre village.

Mes parents louaient un appartement. Mes enfants vivent dans une maison.

Mon quartier étaient vieillissant. Le nôtre est récent.

J'avais un énorme parc boisé rien que pour moi. Un lieu magique pour inventer des tas d'histoire. La smala a un petit espace vert, regrette de ne pas pouvoir faire de cabane dans les arbres, mais se créer des univers merveilleux avec trois fois rien.

J'étais la seule enfant de mon âge dans mon immeuble (avant l'arrivée d'un petit frère 7 ans plus tard). MonsieurM, MonsieurA, MonsieurN et MistinguetteL sont entourés de copains.

Petite fille, je me sentais un peu seule. Je n'avais pas beaucoup d'ami(e)s et je me sentais toujours un peu à l'écart.

Chez nous, c'est tout le contraire. Notre sonnette retentit régulièrement, actionnée par des petites mains venant chercher un membre de la smala. Mes enfants "s'envolent" régulièrement par la porte-fenêtre de notre terrasse pour rejoindre des groupes de copains du voisinage et s'intégrer à leurs jeux.

Quand je suis avec mes enfants, je suis toujours étonnée par leur cercle d'amis, de connaissances. De toutes nationalités. De tous âges. J'entends leurs prénoms prononcés par d'autres enfants que je ne connais pas. A l'école. Au sport. Durant leurs activités extra-scolaires. MonsieurN et MistinguetteL sont la coqueluche des copains de MonsieurM et MonsieurA. Combien de petites voix me murmurent "Tu es la maman de ... ?"

Petite fille, j'avais un peu peur des plus grands. Je n'ai pas le souvenir d'avoir beaucoup interagit avec eux. Plutôt de la distance entre eux et nous, les petits.

Le grand copain, l'idôle de MonsieurN a 8 ans de plus que lui. Dans notre quartier, petits et grands jouent ensemble. S'entraident. Se surveillent. Prennent soin des uns et des autres. Se bagarrent aussi parfois ^^

Notre maison ressemble à la maison du bonheur. Je dois parfois me concentrer pour savoir qui est où ^^ Ça va, ça vient. Seul. Avec des copains. On me demande des heures de rentrée. Des permissions pour aller un peu plus loin de le quartier.

Les goûters se prennent à 2, 4, 6, 8, parfois 10. Chez nous. Chez les voisins. On goûte des aliments inconnus. On découvre des nouveaux goûts qu'on réclame ensuite à la maison.

Une de mes grandes peurs, c'était que mes enfants ressemblent à la petite fille que j'étais. Qu'ils se sentent seuls et que cela les rendent malheureux. Mais ils sont quatre et c'est leur grande force car leur "monde" est quatre fois plus grand. Ils n'en n'ont peut-être pas encore conscience, râlent parfois contre ce frère ou cette soeur qui leur "pique" la vedette, mais moi, en les observant, j'admire cette force autant que je l'envie.

Sélection du 11 septembre 2015

1 commentaire:

  1. Leur fratrie est belle, respire l'amour et ils seront toujours 4 ♥ c'est leur chance, ils vous la doivent, bises

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...