@ Ma smala et moi: Chut la smala lit ... #49

27 janv. 2016

Chut la smala lit ... #49

Il y a trois semaines, MonsieurA a eu de grosses angoisses au moment de se coucher.

Des pleurs à fendre le cœur parce qu'il ne voulait pas avoir 8 ans, car il ne voulait pas vieillir et mourir ...

Des hoquets dans la voix parce qu'il avait peur qu'il nous arrive quelque chose à nous, ses parents, et qu'il angoissait terriblement à l'idée de ce qui se passerait pour lui si nous disparaissions.

Des yeux pleins de larmes en disant que personne ne pourrait l'aimer comme nous l'aimions.

Bref, une bonne crise d'angoisse, bien carabinée, concernant la mort, même si aucun événement récent, dans notre entourage, ne l'a confronté récemment à ce sujet (même si j'ai quand même ma petite idée d'où cela peut venir ... Star Wars VII, je ne te remercie pas ...)

Moi, de mon côté, de le voir si malheureux, je n'en menais pas large. Pas beaucoup d'aide à attendre de MMM qui n'est pas très à l'aise quand il s'agit d'aborder certains sujets "sensibles" ...

Difficile de tranquilliser son petit quand on a soi-même ses propres peurs.

Difficile de prendre le recul nécessaire, d'en parler le plus ouvertement possible quand on n'est pas très à l'aise avec le sujet.

D'employer les termes les plus adéquats pour ne pas renforcer ce sentiment de peur, mais d'arriver à en parler avec les mots justes pour lui laisser la possibilité de se faire sa propre idée, la plus rassurante possible.

De faire passer le message que c'est dans l'ordre des choses, qu'on n'y peut rien, mais que l'on doit vivre sereinement avec.

A 7 ans et demi, j'ai trouvé l'exercice difficile (bien plus que lors de sa "crise précédente" à 4 ans). Il grandit, trouve de plus en plus sa place de petit homme, par rapport aux adultes, mais aussi aux autres enfants. Par rapport aux autres générations aussi.

Après avoir tenté de réagir, à chaud, le plus calmement, sereinement possible, j'ai vite cherché du "réconfort" pour lui dans les livres. Et je profite du rendez-vous (désormais traditionnel) du mercredi pour vous présenter ceux qui lui ont le plus "parlé" (dont un est un véritable coup de cœur de ma part !)


Le premier se présente sous la forme d'un petit album rembourré, qui aborde la thématique de la mort à travers 6 questions (dont 4 faisaient partie des interrogations de MonsieurA !) :
  • Pourquoi ça existe la mort ?
  • Pourquoi on vit si on meurt après ?
  • Peut-on savoir quand on va mourir ?
  • Où on va quand on est mort ?
  • Pourquoi c'est triste la mort ?
  • Pourquoi on n'aime pas parler de la mort ?



Pour répondre à ces questions, l'auteure s'est inspirée de 6 contes traditionnels de différents pays (l'Inde, l'Arménie, l'Ecosse, l'Alaska, le Sénégal et la Perse) qu'elle a adaptés pour parler avec délicatesse de la mort et commencer à faire quelques réflexions. Il n'y a pas de réponses toutes faites, ni aucun aspect religieux, juste un début de cheminement pour répondre aux angoisses d'un enfant.




Les textes sont très fluides, comme des sortes de fables, les illustrations soignées, très colorées. Chaque contes est accompagné d'une petite bande-dessinée (que l'on doit à l'illustratrice Anouk Ricard) entre un poussin et un membre de sa famille qui apporte un peu d'humour, tout suscitant avec délicatesse quelques pistes de discussion.


J'ai particulièrement apprécié ce petit livre et MonsieurA également, car on n'a pas eu l'impression de dialoguer sur un thème douloureux ! Au contraire, les contes sont vraiment passés comme de jolies histoires qu'il a eu du plaisir à écouter, mais qui ont aussi ouvert la porte à des questionnements pour dialoguer, tout en douceur.

Le deuxième album est mon véritable coup de cœur pour parler de ce sujet tellement sensible.


Plein de poésie, le texte compare la vie au vent pour expliquer le cycle de la vie et aborder le thème de la mort.

"La vie est comme le vent, elle tourbillonne en nous pour nous permettre de vivre, de rire, de courir ... Mais un jour, la vie s'arrête de souffler et elle s'en va ailleurs ... comme lorsque le vent ne fait plus danser les cerfs-volants des enfants. Alors tout devient calme et plus rien ne bouge. Où sont partis le vent et la vie ?"



Servi par des illustrations magnifiques, cet album aborde, en une trentaine de pages, certaines croyances, les différentes façons de réagir face à la perte de quelqu'un, la force de la vie et donne un joli message d'espoir.




Je l'ai particulièrement apprécié parce qu'il a permis à MonsieurA d'appréhender une notion qu'il avait de la peine à définir parce que encore abstraite pour lui (la mort) en quelque chose qu'il connaît, qu'il peut ressentir, vivre dans son quotidien (le vent).

Quant à moi, j'ai été touchée par les textes qui expliquent si joliment et simplement, les émotions contradictoires qui nous submergent quand on est confronté à ce sujet dont il est parfois si difficile de parler.

A noter qu'il existe 3 autres albums des mêmes auteurs, tout aussi délicats, sur les thèmes de la famille, l'amitié et l'amour !


Les questions des petits sur la mort
Anne Aubinais / Dankerleroux/ Anouk Ricard
Bayard Jeunesse
La vie est comme le vent
Shona Innes / Írisz Agócs
Editions Piccolia

Ceci est ma participation au rendez-vous de Devine Qui Vient Bloguer ?

7 commentaires:

  1. Particulièrement sensible à ta sélection puisque Lulu nous pose également des questions. Elle ce qui l'intéresse c'est de savoir comment on monte au ciel, combien de temps on y reste....Pas toujours facile de répondre à ma 4 ans. D'ailleurs puisque ton bonhomme à eu la même phase au meme âge, si tu as des idées lecture je suis preneur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors, sincèrement, pour Lulu, je te conseille le 2ème livre que je présente dans ce billet. Ce qui l'intéresse est justement abordé très finement et te laisse la possibilité de compléter selon tes croyances/ton ressenti.

      A 4 ans, j'avais aussi beaucoup lu "Au revoir Blaireau" à MonsieurA, tout en lui expliquant les choses le plus simplement possible en utilisant des termes exacts (j'ai par exemple fait attention de ne jamais dire que quelqu'un s'était "endormi" pour toujours afin qu'il n'associe pas sommeil et mort).

      Supprimer
    2. Merci pour ces précisions ma douce. Vraiment ton billet est top.

      Supprimer
  2. Quel doux billet, j'espère que ton fils se sent mieux, ces albums sont superbes en tout cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il va mieux. La phase d'angoisse est passée (jusqu'à la prochaine ...)

      Supprimer
  3. c'est très difficile quand on se rend compte de la mort lorsqu'on est enfant, moi perso je n'en ai pas peur mais j'ai peur pour les autres, souvent. J'ai peur pour mon mari et pour mes filles en premier. J'ai déjà eu du mal face à certaines questions, je me suis notée le premier qui me semble impeccable pour les plus grandes, merci pour cette découverte, très utile !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est souvent difficile de parler d'un sujet qui nous touche particulièrement.

      Je sais que je ne suis pas très à l'aise, mais j'essaye d'en parler de façon la plus détachée possible.

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...